Investissez* chez LOUIS sur tudigo.fr
ticket minimum de 1000€ - risque de perte en capital

Logo LOUIS
deux mains tiennent des cup menstruelles rouges devant un mur rose

Le congé menstruel chez LOUIS : mode d’emploi

Depuis le 08 mars 2022, on propose un congé menstruel aux personnes qui souffrent de règles douloureuses. On vous explique comment on a fait. Mis à jour (avril 2023).
texte rouge sur fond rose sur le congé menstruel

Depuis le 08 mars 2022, journée internationale des droits des femmes, on propose un congé menstruel à toutes les personnes menstruées de l’équipe. Un congé menstruel ? 🤔 Oui, vous avez bien lu ! Il s’agit d’un jour de congé payé supplémentaire que l’on peut poser une fois par mois pour se reposer pendant nos règles. Et nul besoin d’aller chez le médecin pour justifier son absence. Tout se joue sur la confiance.

Mais pourquoi cette solution ? Quelles sont les étapes de ce projet ? Quel est le fonctionnement ? Qu’est-ce qu’on va y gagner ? Décryptage du congé menstruel chez LOUIS 👇

🎁 En bonus, découvrez à la fin de cet article notre bilan (un an après).

un chien brun est allongé sur un sol en bois bleu

Préambule : les règles et son lot de surprises

Avant d’entrer dans le vif du sujet, saviez-vous qu’il existe plus de vingt symptômes liés aux menstruations ?

Chaque mois, et pendant plus de 35 ans, les femmes font face à de nombreuses contraintes : baisse d’énergie, douleurs abdominales, crampes, sautes d’humeur, diarrhées, vomissements (oui, oui), migraines ou encore des SPM (syndromes prémenstruels) qui mettent en PLS avant même d’avoir vu rouge…

Comme si cela ne suffisait pas, il y a aussi tous les « à côtés » : charge mentale, sensation d’inconfort, gêne sociale, protections hygiéniques désagréables, etc. Bref, que du bonheur.

Et oui, on le sait. Toutes les femmes ne sont pas égales face aux douleurs menstruelles. C’est vrai. Certaines vont souffrir de dysménorrhée* (= terme médical de menstruations douloureuses, dites aussi règles sévères), d’autres vont être atteintes d’endométriose.

Elles vont avoir des douleurs plus handicapantes. Jusqu’à rencontrer des difficultés à faire des activités, aller en cours ou se rendre au travail. D’autres vont plutôt avoir des règles inconfortables mais plus légères. Et les plus chanceuses ne ressentiront rien du tout.

Mais aujourd’hui les règles restent un sujet tabou (surtout en entreprise), alors que c’est un phénomène naturel qui concerne 51 % de la population mondiale. Rien que ça.

La dysménorrhée concerne une femme sur deux dans le monde. Selon l’Assurance Maladie, c’est d’ailleurs la première cause d’arrêt maladie chez les femmes.

En résumé, les règles varient d’une personne à une autre, mais finalement peu importe. Le fait est que c’est un sujet qui nous concerne toutes et tous. Tout le monde connaît quelqu’un de son entourage qui en pâtit : une amie, un membre de la famille ou encore une collègue. Alors, autant en discuter. Ouvrir le débat. Sans complexe.

C’est ce que nous avons voulu faire chez LOUIS : échanger sur les règles douloureuses sereinement.

Tous ensemble.

Voici comment tout a commencé 👇

Genèse du projet : pourquoi un congé menstruel ?

Durant l’été 2021, nous avons fait ce qu’on appelle chez LOUIS “un off site”. Nous sommes partis quatre jours à Alyéna près de Perpignan pour nous ressourcer et passer du temps ensemble hors contexte de travail. Voyez plutôt. 👆

Pour la petite histoire, les off sites ont lieu deux fois par an. On profite de ce moment privilégié pour faire des activités (compétition de corn hole, barbecue, canyoning, bronzette au soleil, etc.). Et bien sûr, on bosse un peu 😉. On prend notamment le temps d’échanger sur la vision de l’entreprise et les objectifs du trimestre.

Les festivités commencent d’ailleurs avec une réunion intitulée “Ask Me Anything”. Au cours de celle-ci, chaque membre de l’équipe a le droit de poser toutes les questions qu’il ou elle souhaite aux cofondateurs (ex : questions sur la vision, les objectifs, les produits, la vie chez LOUIS, etc.). Eux, doivent y répondre en toute transparence.

C’est dans ce contexte que je me suis exprimée : “Thomas, on a mis en place plusieurs actions pour les femmes chez LOUIS telles que la mise à disposition gratuite de protections périodiques* dans les vestiaires. Est-ce que la prochaine étape ne serait pas de proposer un congé menstruel pour les personnes qui ont des règles douloureuses ? Certaines d’entre nous doivent poser des congés ou des arrêts maladies pour rentrer se reposer à cause de ça”.

*Bon à savoir : Vous pouvez commander des distributeurs de protections hygiéniques bio pour votre entreprise sur Périodes. Cette start-up a été créée par Margaux et Juliette, deux entrepreneuses audacieuses qui luttent contre la précarité menstruelle au travail. 👏

un gif d’homer simpson qui se cache dans des buissons

À ce moment-là, tout le monde m’a regardé et a aussitôt esquivé mon regard. Je pense d’ailleurs que certains de mes collègues masculins étaient (très) gênés.

Ils étaient gênés. Parce que oui, j’ai osé prendre la parole sur ce sujet tabou : les RÈGLES 😱J’appréhendais fortement la réaction des dirigeants et de l’équipe. Mais finalement Thomas (CEO et cofondateur de LOUIS) m’a donné une réponse plus que satisfaisante : “C’est une très bonne idée et c’est en phase avec tout ce que nous défendons. On en rediscute très vite”.

J’étais soulagée.

D’autant plus quand j’ai croisé le regard des femmes de l’entreprise. Tour à tour, elles m’ont souri et, certaines, m’ont d’ailleurs donné de francs remerciements. En voyant leurs réactions, j’ai vite compris que cette solution pouvait changer leur quotidien.

Les retours étaient finalement plutôt positifs, mais pour être honnête, le congé menstruel n’a pas fait l’unanimité. Ça, je l’avais bien remarqué car une partie de l’équipe n’a pas dit un mot. En même temps, je les comprends. Comment réagir alors qu’on nous a toujours appris a en avoir honte, à ne pas en parler, à les cacher ?

Quelques heures après la réunion, le congé menstruel est revenu sur la table. Cette fois-ci, ce sont plutôt les hommes qui ont réagi : “C’est trop cool comme idée”. “Moi, je ne comprends pas pourquoi vous auriez le droit à un jour de congé payé en plus et pas nous”. “Vous ne pensez pas qu’il y aura des abus ?”.

Et j’en passe.
Le débat n’en finissait plus.

À cet instant présent, j’ai compris qu’une simple conversation ne suffirait pas pour que tout le monde accepte ce nouveau système. Il fallait tout reprendre depuis le début en sensibilisant l’équipe sur les menstruations douloureuses et les conséquences que cela peut avoir chez LOUIS.

Expliquer pour mieux comprendre finalement.‍

Comme nous n’avions pas d’exemple à suivre, nous avons dû tout inventer au fur et à mesure.

En clair, voici les quatre étapes que nous avons suivies :

  1. Première réunion entre femmes pour identifier les besoins de chacune‍
  2. Préparation des arguments favorables à l’instauration du congé menstruel‍
  3. Définition du fonctionnement et rédaction de la charte de consentement‍
  4. Présentation et débat sur les règles au travail avec toute l’équipe‍

Explications.

Étape 1. Organiser une réunion entre femmes sur le congé menstruel

À la suite de cette première conversation sur le congé menstruel, je dois admettre que j’ai laissé le temps passer. Mais pourquoi ? Par peur que ce projet échoue peut-être ? Je ne sais pas. Toujours est-il que la première réunion avec les Louise (= femmes de l’entreprise) a eu lieu en novembre 2022 (soit cinq mois plus tard). Nous étions sept femmes autour de la table et un homme : Manu.

Pourquoi était-il là, avec nous ?

Eh bien, il nous semblait intéressant qu’il intervienne en tant que référent harcèlement. Pour vérifier que tout va bien.

Mais au fond, Manu n’était pas là que pour ça. Il tenait à participer à ce projet parce qu’en réalité, c’est un féministe. Il prône l’égalité femme-homme, l’inclusion de chaque être, le bien-être de chaque personne… et il ne fait pas que parler, il agit. Concrètement.

Bref, en tant que chargée de ce projet, je devais donc animer cette réunion. Je l’avais bien préparée, ça c’est sûr. J’ai rappelé aux Louise pourquoi nous étions là, puis… silence. Personne n’était à l’aise.

Et je n’avais aucune idée de ce qu’il fallait faire pour briser la glace.

C’est finalement Manu qui nous a réveillées : “non mais les filles, on est là pour parler des règles en fait. Ce que vous vivez tous les mois ! On ne va pas en avoir honte, c’est ridicule” ! Boum, il a fait son effet 💥 On a toutes ri face à ses paroles puis on a commencé à se questionner sur tout un tas de choses :

  • Quand est-ce que vous avez eu vos premières règles ?‍
  • Comment ça s’est passé ?‍
  • Quels sont les “symptômes” que vous avez eus ?‍
  • Est-ce que vous ressentez la même chose aujourd’hui ?‍
  • Est-ce que vous avez des règles douloureuses ?‍
  • Est-ce que vous souffrez d’endométriose ?‍
  • Est-ce que vous avez des règles régulières (durée, maux, inconfort, etc.) ?‍
  • Quelles sont les répercussions au travail ?‍
  • Qui se sent concernée par le congé menstruel ?‍
  • Quelles autres solutions peut-on mettre en place ?‍

Au bout de 45 minutes, nous avions tous les éléments nécessaires pour avancer 👇

  • 1 femme sur 7 aimerait un congé menstruel pour se reposer, car très souvent elle doit poser des absences (congés payés ou arrêts maladies) pour cause de dysménorrhée.‍
  • 3 femmes sur 7 seraient plus à l’aise avec un congé menstruel (juste au cas où) car parfois elles souffrent de règles douloureuses.‍
  • 4 femmes sur 7 souhaitent avoir le choix de rester en télétravail pour s’organiser comme elles l’entendent (travailler sous un plaid en pyjama, avec une bouillotte, à des horaires différents…).‍
  • 7 femmes sur 7 veulent pouvoir parler de règles au travail sans que ce soit un problème !‍

On pouvait alors franchir une nouvelle étape : en discuter avec Thomas. À mon plus grand plaisir, Manu s’est immédiatement proposé d’être porte-parole à mes côtés. Yes 🙏  Let’s goooo !

Étapes 2. Préparer les arguments favorables à l’instauration du congé menstruel chez LOUIS

Un mois plus tard, nous étions de nouveau en off site. ☃️ Et vous vous en doutez, on a de nouveau échangé sur le congé menstruel. En quelques semaines, cette idée a fait son petit bout de chemin dans la tête de chacun et de chacune. Jusqu’à générer un fort engouement de la part de toute l’équipe. On avait hâte de l’instaurer chez LOUIS.

Pourquoi je vous en parle ici ? Parce que le fait d’en discuter en dehors du travail nous a permis de trouver des solutions qui conviennent à tout le monde. C’est notamment grâce à tous ces échanges informels que nous avons pu structurer nos arguments et construire ce nouveau système.

une capture d’écran d’une page notion qui traite du congé menstruel

Avant d’en faire part à Thomas et pour bien préparer nos arguments, nous avons rédigé une première page Notion avec toutes les infos suivantes :

Les maux des femmes pendant leurs règles menstruelles

SPM & symptômes menstruels
– Inconfort permanent

Les conséquences chez LOUIS

– Baisse de vigilance et d’efficacité au travail
– Absences / arrêts maladies récurrents
– Organisation de la production perturbée

Les solutions possibles

– Un jour de congé menstruel par mois : sans justificatif médical, ni perte de salaire !
– Ou un jour de télétravail en plus pour celles qui le peuvent / le veulent

Les bénéfices pour l’équipe et l’entreprise

– Plus d’énergie et plus de motivation
-Meilleure égalité au niveau des congés
-Adaptation du planning de production*‍

(Cette page ressemble à ça) 👉

Étape 3. Définir le fonctionnement et rédiger la charte de consentement

Une fois cet état des lieux terminé, nous avons créé une deuxième page Notion pour décrire le fonctionnement d’une prise de congé menstruel. Dans les grandes lignes, on retrouve dans cette page :

  1. Le fonctionnement général‍
  2. Les explications pour poser son congé sur Payfit‍
  3. La durée & le bilan du projet‍

Nous ne le savions pas encore mais nous allions reprendre toutes ces informations pour constituer notre charte de consentement. Voici ce que ça a donné :

1. Description du fonctionnement général

  • Les personnes souffrant de menstruations douloureuses ont droit à un jour de congé par mois supplémentaire, payé par l’entreprise‍
  • La demande peut être faite le jour même‍
  • Le congé ne peut être pris pendant un jour de vacances‍
  • L’application de ce congé menstruel s’applique uniquement si 100 % des salariés signent un document de consentement
  • Recrutement* : chaque candidat devra donner son consentement oral vis-à-vis de ce système de congé‍
  • Durant la première semaine d’onboarding, la nouvelle recrue devra signer la charte de consentement‍‍‍

*Le cœur de LOUIS, c’est l’équipe. Nous partageons les mêmes valeurs et nous nous battons pour les mêmes convictions. C’est pour ça que nous attachons une grande importance à aborder le congé menstruel dès les premières étapes du processus de recrutement

une capture d’écran d’un dashboard payfit

2. Rédaction des explications pour poser son congé sur Payfit en toute simplicité

– Avant toute chose, il faut prévenir sa/son manager de son absence par message Slack et ou par e-mail‍

– Sur Payfit, il faut poser un congé sans solde (le jour même si besoin) qui sera remboursé par l’entreprise‍

– Quand on pose un jour de congé sans solde pour menstruations douloureuses, il faut préciser en commentaires “CM” pour congés menstruels ou “règles”

*Payfit est un outil de gestion de paie et de ressources humaines
une capture d’écran d’une page notion qui montre un tableau de suivi d’un congé menstruel

3. Présentation du tableau de suivi pour mieux anticiper les absences

À noter qu’il est souvent difficile d’anticiper ses jours de menstruations et certaines personnes n’ont pas de règles régulières (dates de cycle, douleur, durée, etc.). Il se peut que les demandes de congés et/ou de télétravail diffèrent d’un mois à l’autre.

– Chaque Louise doit remplir le tableau avec ses dates d’absences potentielles (= semaines de règles menstruelles)‍.

– Le tableau est accessible sur Notion, mais restreint aux fondateurs, managers et Louise concernées.‍

– Le tableau doit être rempli par toutes les femmes avant le 5 de chaque mois‍

– Dès qu’on pose un congé menstruel, il faut remplir le tableau le jour même de l’absence

4. La durée et le bilan du projet

Le congé menstruel sera testé pendant un an (jusqu’au 08 mars 2023). À cette date, nous ferons un bilan qui se déroulera en trois temps :

  • Distribution d’un questionnaire de satisfaction à chacun‍
  • Réunion de groupe avec toute l’équipe‍
  • Réunion entre porte-parole, cofondateurs et managers de l’entreprise

🚨 Avis aux lecteurs et aux lectrices 🚨

Avant de poursuivre, voici quelques objections aux remarques que vous avez en tête 👀

  • Même si c’est une formidable idée, nous n’avons pas échangé sur les congés illimités ou congés pour tous car nous répondions à une vraie problématique qui nous concerne. À savoir : l’une des ébénistes de l’équipe pose régulièrement un congé payé ou un arrêt maladie pour cause de règles sévères.‍‍
  • Nous savons qu’une femme sur sept va l’utiliser régulièrement et trois femmes sur sept sont susceptibles de l’utiliser de temps en temps donc s’il y a des abus, on va vite le savoir. 🕵️‍‍
  • Chaque femme a donné son accord pour remplir le tableau de suivi, donc… tout va bien. Et attention SPOILER ALERT : celles et ceux qui ont accès ne le regardent pas tous les quatre matins. On n’est pas là pour se fliquer.‍‍
  • Ce sont les cofondateurs et managers qui ont accès au tableau de suivi, car nous n’avons pas de DRH ou RRH qui gère actuellement les absences. Comme nous sommes encore une jeune start-up (17 personnes chez LOUIS), les dirigeants sont aussi responsables de certaines équipes donc c’est normal pour nous qu’ils aient accès à cette page Notion.‍‍
  • Ce congé menstruel s’applique également aux personnes qui souffrent de SPM (syndromes prémenstruels) et aux femmes qui ont des douleurs en période d’ovulation.

Bref, revenons à nos moutons. Une fois que nous avions préparé ces documents Manu et moi-même avons pris rendez-vous avec Thomas pour lui présenter notre solution. Et comment dire ? Il a trouvé ce fonctionnement très cool et il nous soutenait à fond dans ce projet.

Sa seule crainte était que certaines personnes ressentent une injustice sur le nombre de congé accordé à chacune. Pour lui, une simple charte de consentement ne suffirait pas. Et il avait raison. On devait sensibiliser toute l’équipe sur ce sujet et briser le tabou sur les règles !

Notre approche ? Faire une présentation sur les conséquences de la dysménorrhée sur le lieu de travail. Explications 👇

Étape 4. Présenter et organiser un débat sur les règles douloureuses avec toute l’équipe

Le 02 mars 2022, on a convié toute l’équipe pour une présentation sur les règles sévères et l’impact que cela peut avoir au travail. Notamment quand on exerce des métiers physiques.

Pour cette présentation, on a choisi d’aborder le sujet des règles avec humour, mais aussi de façon ludique. Ça ne devait pas être ennuyeux, ni gênant. Parce que sinon, on le savait, les gars on allait les perdre.

Donc, voici comment s’est déroulée la séance :

  • Échanges sur des données importantes. Un exemple : 9 femmes sur 10 aimeraient ne plus avoir leurs règles.‍
  • Quiz sur Kahoot pour voir qui a suivi la première partie de la présentation 👀.‍
  • Débat sur les conséquences des règles douloureuses chez LOUIS. Et grande surprise, ce sont les hommes qui se sont le plus exprimés !‍
  • Présentation des solutions existantes* dans le monde (oui, on est un peu à la traîne en France…).‍
  • Retour d’expérience de la Scoop Montpelliéraine “La Collective” qui applique le congé menstruel depuis janvier 2021.‍
  • Explication du fonctionnement du congé menstruel dans l’entreprise.‍

*💡Au Japon, le congé menstruel existe depuis 1947. D’autres pays ont suivi le mouvement tel que la Corée du Sud, l’Indonésie, la Zambie, le Taïwan, les Philippines et bien d’autres. En Europe, ce n’est pas encore ça, mais quelques pays comme l’Italie et l’Espagne testent cette solution depuis quelque temps.

une capture d’écran d’un document de consentement pour la mise en place d’un congé menstruel

Résultat ? Cette présentation s’est merveilleusement bien passée et s’est conclue avec la distribution d’une charte de consentement. Une semaine plus tard, lors de la journée internationale des droits des femmes, nous avions reçu toutes les signatures. À notre façon, nous avons rétabli un juste équilibre entre les femmes et les hommes chez LOUIS et nous en sommes fiers.

Le congé menstruel chez LOUIS en résumé

Si l’on résume cet article :

  • LOUIS offre un jour de repos par mois supplémentaire aux femmes qui souffrent de règles douloureuses‍
  • Ou un jour de télétravail pour celles qui le veulent‍
  • Nul besoin d’aller chez le médecin pour justifier son absence‍
  • Ce congé est payé par l’entreprise‍
  • Cette solution de confort est acceptée par toutes et tous chez LOUIS‍
  • Le congé menstruel est abordé pendant le processus de recrutement‍
  • Chaque nouvelle recrue doit signer une charte de consentement‍

Concernant le déroulement et les étapes de ce projet, voici comment ça s’est passé :

  • Nous avons organisé une réunion entre femmes pour briser le tabou entre nous, mieux se comprendre et définir les besoins de chacune‍
  • Nous avons rédigé des pages Notion pour mettre en avant nos arguments et décrire le fonctionnement du congé menstruel (généralités, pose de congé sur Payfit, durée de la phase de test, etc.)‍
  • Nous avons présenté le projet à Thomas pour validation ; ensuite il en a discuté avec Paul et Baulieu (en deux jours c’était validé)‍
  • Nous avons fait une présentation G-slide ludique et humoristique pour lever le tabou et montrer que certaines femmes souffrent beaucoup pendant leurs règles‍
  • Nous avons distribué une charte de consentement à l’ensemble de l’équipe ; il nous fallait 100 % des signatures pour mettre en place ce congé menstruel‍

🎁 Bonus : notre bilan (un an après)

Le 08 mars 2023, c’était l’anniversaire de la mise en place du congé menstruel chez LOUIS.

On a fait le bilan et ça a considérablement changé notre quotidien.

Voici ce qu’on en retient 👇 (compte rendu d’une réunion organisée le 22 février)

  • Les femmes de l’entreprise sont plus sereines et rassurées
  • Elles reviennent en forme au travail et elles ont plus d’énergie à revendre
  • Elles ont le sentiment d’avoir été écoutées par les dirigeants
  • On a enfin mis fin au tabou dans l’entreprise (oui, on en parle librement)
  • C’est plus facile d’expliquer une absence auprès du reste de l’équipe

Au-delà d’un meilleur confort pour nos équipes, cette solution a eu beaucoup d’impact en interne, mais aussi auprès de notre entourage et d’autres entreprises.

  • C’est une réelle fierté pour nous d’être associés au congé menstruel
  • On peut montrer que c’est possible et facile à mettre en place
  • Ça permet de changer les mentalités !

Et pour celles et ceux qui hésitent encore : non, il n’y a pas eu d’abus ❌

  • 3 femmes sur 8 l’ont pris en 2022
  • 2 femmes l’ont pris une fois
  • 1 femme l’a pris neuf fois

(Si vous avez bien lu cet article, vous vous rendrez compte que c’est ce qu’on avait estimé il y a un an 🙃)

Bien qu’il soit très positif, ce bilan nous a aussi permis de comprendre ce qu’on doit encore améliorer.

  • On supprime notre tableau de suivi, il n’était pas utilisé par les managers
  • Même si ça reste bon enfant, on met fin aux blagues sur ce sujet
  • On va davantage communiquer en interne pour inciter les Louise qui n’osent pas le prendre à enfin passer le cap

En conclusion, nous sommes fiers d’avoir mis en place le congé menstruel chez LOUIS. Et si c’était à refaire, on le ferait les yeux fermés.

Article écrit par
Lucie Rouet